Chaires UNESCO

L’UNESCO fonde son engagement sur la coopération intellectuelle et est dès lors ouverte au monde académique et à la recherche.

Le programme UNITWIN (= university twinning and networking) / Chaires UNESCO a été lancé en 1992 sur décision de la Conférence générale de l’UNESCO. Il a pour objectif de promouvoir et renforcer la coopération internationale – en particulier la coopération Nord-Sud, Sud-Sud et Nord-Sud-Sud – entre les universités, établissements d’enseignement supérieur, instituts de recherche de l’enseignement supérieur. Les Chaires UNESCO s’engagent à travailler dans une perspective qui va au-delà des paramètres de leur discipline et veillent à ce que leur travail ait un lien avec les défis mondiaux.

Actuellement, les Chaires UNESCO reconnues en Suisse sont les suivantes:

  • Chaire UNESCO pour les droits de l’homme et la démocratie à Université de Fribourg (1998)
  • Chaire UNESCO de technologies en faveur du développement à l’EPFL (2007)
  • Chaire UNESCO en droit international de la protection des biens culturels à l’Université de Genève (2011)
  • Chaire UNESCO en technologies de l’information et de la communication en faveur du développement et de la promotion des biens du patrimoine mondial à l’Université de la Suisse italienne (2013)
  • Chaire UNESCO en hydropolitique à l’Université de Genève (2015)
  • Chaire UNESCO en patrimoine naturel et culturel pour le développement durable dans les régions de montagne à l’Université de Berne (2015)
  • Chaire UNESCO en enseignement à distance personnalisé et adaptif, à la Haute École Spécialisée à Distance Suisse de Brigue (2016)
  • Chaire UNESCO en formation médicale numérique, à l’Université de Genève (2018)

Procédure de création d’une Chaire

L’établissement d’une Chaire UNESCO en Suisse est le résultat d’un processus engageant trois instances (coopération tripartite):

  • L’université/établissement d’enseignement supérieur/instituts de recherche de l’enseignement supérieur, qui envisage la création en son sein d’une Chaire UNESCO consacré à un domaine de compétence de l’Organisation (éducation, sciences, culture, communication/information).
  • La Commission suisse pour l’UNESCO, qui veille au respect de la procédure en vigueur, conseille sur l’opportunité et les modalités de création d’une Chaire UNESCO et guide le cas échéant l’établissement de la candidature. Dans ce contexte, elle prend en compte plusieurs éléments, tels que le domaine d’activité de la Chaire proposée, la planification, le soutien organisationnel et le budget. La manière dont la Chaire proposée apportera une contribution novatrice et durable à la réalisation du mandat de l’UNESCO revêt également une importance décisive. La création d’une Chaire doit obligatoirement avoir l’accord de la Commission suisse pour l’UNESCO qui transmet le dossier de candidature à l’UNESCO.
  • L’UNESCO, à laquelle revient l’évaluation finale de la Chaire UNESCO proposée. Lorsque la création d’une Chaire UNESCO est évaluée favorablement, un accord fixant les termes de référence entre l’UNESCO et la direction de l’université/établissement d’enseignement supérieur/institut de recherche de l’enseignement supérieur. Cet accord comporte également les termes d’utilisation du logo ad hoc. Il a une durée limitée à 4 ans, renouvelable.

Du moment où la candidature est déposée à l’UNESCO (annuellement le 30 avril), il faut compter jusqu’à une année pour la décision finale de l’Organisation.

Les Chaires UNESCO sont appelées régulièrement à fournir un rapport d’activité à l’UNESCO. Les rapports des Chaires UNESCO constituent une précieuse source de connaissances et un outil important pour favoriser la coopération qui demeure à être exploité d’avantage, tant au niveau international que national.

 

Loading...