Gestions des transformations sociales

 

Programme de gestion des transformations sociales (MOST)

Au cours des dernières décennies, le monde a connu des transformations sociales à une vitesse et une échelle sans précédent. Cela peut être attribué aux impacts combinés de la mondialisation, du développement technologique exponentiel, des défis environnementaux mondiaux et des crises économiques, financières et sanitaires, qui ont tous exacerbé les inégalités croissantes, l’extrême pauvreté, l’exclusion et le déni des droits humains fondamentaux.

 

Créé en 1994, le programme de l’UNESCO pour la « Gestion des transformations sociales » (MOST) aide les États membres à gérer efficacement ces phénomènes en œuvrant à la réduction des inégalités sociales et en progressant vers des sociétés inclusives et durables. MOST agit comme un moteur grâce à des initiatives holistiques de renforcement des capacités et de création de passerelles entre les connaissances scientifiques sociales, les politiques publiques et la société.

 

Le MOST se focalise sur quatre priorités bien définies de l’agenda de développement 2030 qui relèvent de la compétence institutionnelle de l’UNESCO.

  • Inégalité et exclusion
  • Changement environnemental et société
  • La gouvernance
  • Transformations numériques et perturbations sociales

 

MOST est opérationnalisé au moyen de trois piliers programmatiques :

  1. La recherche : pour produire et promouvoir la connaissance
  2. Forums intergouvernementaux : qui engagent les Etats membres
  3. Pilier de courtage de connaissances : Soutien aux politiques et renforcement des capacités

 

Trois objectifs :

  • Utiliser les connaissances en sciences sociales et humaines pour soutenir les politiques et renforcer les capacités
  • Transmettre les connaissances par des activités de recherche-action
  • Contribuer aux débats et agendas politiques nationaux et internationaux.

 

La Commission Suisse pour l’UNESCO (CSU) et MOST

La vision de la Commission Suisse pour l’UNESCO (CSU) pour MOST est définie par l’atteinte d’une culture renforcée des sciences sociales et humaines transformatrices, dans laquelle les décisions politiques sont informées par l’évaluation systématique de la base de preuves, surtout dans des domaines d’action concrets en accord avec son mandat.

 

Résultat :

L’amélioration des processus participatifs d’élaboration des politiques en Suisse par le biais d’une culture renforcée de la prise de décision fondée sur des données probantes, alimentée par les sciences sociales et humaines et reposant sur un lien solide entre connaissances et politiques.

 

La Suisse siège au sein du Comité intergouvernemental (CIG) du programme “Gestion des transformations sociales” (MOST) jusqu’en 2023.

La Commission suisse pour l’UNESCO s’engage à mettre activement en œuvre le programme MOST en Suisse. La CSU planifie actuellement plusieurs activités visant à favoriser le lien entre les connaissances et les politiques dans des domaines concrets, qui seront menées en 2022-2023 en collaboration avec divers acteurs clés.

La Commission lancera prochainement une convocation dont l’objectif est de réaliser un mapping collaboratif dans une espace multipartite (avec des représentants de la communauté scientifique, des décideurs publics, des organisations, etc.) afin de réaliser conjointement un « bilan de santé » de la nexus SHS ↔ politique en Suisse. La date de la rencontre est fixée au vendredi 2 septembre 2022.